Cabinets de microkinésithérapie

Logonoir (1).png

La microkinésithérapie s’inscrit dans le registre des thérapies complémentaires.

Initiée dans les années 80 par les kinésithérapeutes français Daniel GROSJEAN et Patrice BENINI, cette pratique ne cesse d’évoluer.

Cette technique part du principe que le corps humain, comme tout organisme vivant, est conçu pour s’adapter, se défendre et s’auto-corriger en cas d’agressions traumatiques, émotionnelles, toxiques, virales, microbiennes ou environnementales.

Lorsque l’agression est supérieure aux possibilités de défense de l’organisme, la mobilité du tissu corporel concerné va être altérée. Il y a “mémorisation” de l’agression. La modification de la mobilité tissulaire peut faire apparaître différentes manifestations locales ou à distance.

Ainsi, la microkinésithérapie prend en compte la globalité de l’organisme et de la personne. Elle permet d’identifier par une technique manuelle spécifique appelée micropalpation, la ou les causes (étiologies) des symptômes à l’origine de la consultation et d’induire leur élimination par le biais de légères stimulations sur le corps, déclenchant les mécanismes réparateurs.

La microkinésithérapie se veut curative et préventive.

Adaptée à tous les âges de la vie, son large champ d’indications en fait un outil de premier ordre pour les professionnels de santé (kinésithérapeutes ou médecins) qui l’utilisent.

Les récentes expérimentations dont la microkinésithérapie a fait l’objet ont permis de démontrer son efficacité et accroissent progressivement sa validation scientifique qui, associée aux témoignages quotidiens et aux retours positifs des patients lui confèrent une place de choix dans les domaines de la santé et du bien-être